Se faire modèle de ce qu’on veut transmettre

En Discipline Positive, on fait appel au bon sens qui, la tête dans le guidon et les pieds dans le quotidien, peut parfois nous faire défaut.

On rappelle notamment que l’une des clés des changements que l’on veut mettre en place et des comportements que l’on attend de nos enfants est de montrer l’exemple.

La cohérence entre ce qu’on dit (ce qu’on prône, ce qu’on demande, …) et ce qu’on fait est en effet un élément indispensable pour que l’enfant puisse comprendre et apprendre, jusqu’à être capable de reproduire lui-même ce qui est attendu.

Cet « apprentissage » peut ainsi être d’autant plus long – voire désespérément non acquis – qu’il ne peut imiter le parent devant lui pour s’entraîner, comme devant un miroir.
L’exemple type est le fameux « Arrête de crier ! » qu’on dit soi-même en hurlant, tant nos nerfs sont mis à rude épreuve depuis plusieurs heures.

Oui mais on n’est pas toujours en état d’être le parfait exemple. Alors quoi ? On se force ? On se ressaisit vite fait pour ne pas défaillir sous les yeux interloqués de nos enfants ?

Et si au contraire, on apprenait à lâcher prise ?

A se dire que ce soir, ce week-end, on est peut-être tout l’inverse de nos grands principes et que ce n’est pas grave. Qu’on fera mieux dans quelques jours.
Parce que c’est ce qu’on peut aussi attendre de nos enfants. Qu’ils ne soient pas toujours suffisamment en forme pour atteindre la barre qu’on leur a fixée.

En ce moment, ça ne le fait pas et c’est comme ça.

Sans culpabiliser en se couchant le soir ou sous le poids des regards accusateurs des passants en pleine rue qui ont bien remarqué qu’en ce moment, ni vous ni vos enfants n’êtes au top des réactions les plus socialement adaptées.

Il ne s’agit pas de baisser les bras devant des comportements qui mettent à mal nos valeurs éducatives et de ne rien faire mais au contraire d’en être pleinement conscients et de l’accepter ainsi. Afin de préserver ses forces pour plus tard, quand tout le monde sera en capacité de rectifier le tir. Quand on concentrera nos efforts de manière constructive, suffisamment en forme pour garder le cap devant la difficulté.

En Communication NonViolente (CNV), on apprend plein de préceptes et de manières de faire pour des relations apaisées, une communication plus saine et plus constructive.

Je ne remercierai jamais assez ce formateur qui nous a tout de suite précisé que pour que le résultat soit conforme à ce qui est écrit sur le papier, il était d’abord nécessaire de se sentir en « ETE » : en avoir l’Élan, le Temps et l’Envie.
En nous précisant que si l’un de ces 3 ingrédients venait à manquer, autant remettre notre envie de changer les relations et le monde à plus tard. A vouloir bien faire sans en être en état, on risque plus de catastrophes qu’autre chose.
Autant s’abstenir et décaler nos ambitions au lendemain voire à la semaine prochaine.

Donc oui, il ne sert à rien d’attendre de nos enfants des choses que nous ne sommes pas en capacité de donner nous-mêmes et de montrer d’abord. Cela vaut du « bonjour-s’il-vous-plaît-au-revoir-et-merci » au fait de s’écouter sans s’interrompre, de faire preuve de patience ou de faire l’effort de coopérer, de comprendre un avis différent du nôtre, à l’usage modéré de nos écrans préférés. Nous restons l’adulte et le responsable

Alors si à la question « Suis-je en état de me comporter comme j’attends d’eux qu’ils se comportent ? », la réponse est « non », un indice : il est temps de prendre soin de vous. Le reste attendra un peu et s’en portera, le moment voulu, d’autant mieux.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s