Chronique d'un parent confiné #2

C’est sûr qu’il y a les mauvais côtés : on ne peut pas sortir ou on est obligé de choisir ses sorties avec parcimonie tout du moins.

On fait des petites courses de temps en temps à la supérette du coin pour ne pas trop s’éloigner. On a la chance d’avoir un jardin heureusement, pour les enfants ça change tout.

Mais il y a les bons aussi. Se retrouver tous ensemble. Mine de rien, ça n’arrive pas souvent. Pouvoir faire l’école aux enfants. J’adore. Et puis faire des activités avec eux pour lesquelles on n’a pas forcément le temps… Quand tout va bien.

Côté boulot, entre un soignant et un agent SNCF, pas le choix, nous continuons tous les deux de travailler.

Alors on jongle : l’un travaille quand l’autre est de repos, on reste d’astreinte comme on peut.
Si cela devait se compliquer au travail les semaines à venir et devenir plus tendu à mesure que l’épidémie grandit, on avisera à ce moment-là. On profite des week-end pour se retrouver tous ensemble avec les enfants, finalement c’est comme d’habitude.

On les garde au chaud tandis qu’on fait tout pour se protéger au maximum au boulot. Ne pas céder à l’angoisse ou à la psychose mais rester vigilants et conscients, à chaque instant.

Et puis, il faut reconnaître qu’on se recentre sur des choses bien plus essentielles que d’ordinaire. Les liens se resserrent : on fait des visio apéro avec la famille, qui est loin, on s’inquiète de savoir si papi et mamie ont tout ce qui leur faut, on s’écrit des petits mots qu’on se dépose en partant travailler. Même mes parents envoient des douceurs aux enfants et leur laissent des petits mots ! C’est tout un rapport à l’autre qui est revisité.
On est plus présents et plus ancrés dans l’instant.

On ré apprivoise le temps qui nous est offert. On retrouve celui des câlins et ça, ça n’a pas de prix ! Je pense à tous ceux qui continuent de travailler et leur souhaite du courage. De l’amour surtout, pendant cette période un peu plus sombre.

Regardons les côtés positifs et tirons-en les enseignements nécessaires.
Saisissons cette occasion de savourer l’essentiel qui est juste-là, juste devant nos yeux.

Récit de Gwendoline

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s