Pourquoi ce type d’accroche marketing me hérisse le poil…

Accrocheurs et pousse-au-clic, ce genre de titre rencontre beaucoup de succès auprès des parents fatigués de se faire entendre, qui rêvent de trouver en un atelier la solution à leur patience usée.

On y perçoit le rêve que l’enfant s’exécute sans avoir besoin de répéter inlassablement ce qu’on lui a demandé, avec le sourire et sans-traîner-des-pieds-s’il-vous-plaît.
Mais surtout, on y lit la promesse qu’il existe une méthode secrète imparable que « l’éducation positive » vous révèlera pour une parentalité sereine assurée.

Et c’est bien cette idée qui me dérange et à laquelle je refuse d’adhérer…

Lire la suite

Cultivons notre satisfaction

La crise Covid s’éternise et avec elle notre moral s’épuise, atteint par un effet de lassitude et une panoplie d’émotions à gérer, les nôtres mais aussi celles de notre entourage – personnel et professionnel – parfois.

A l’anxiété et la morosité ambiantes s’ajoute notamment la sensation quasi permanente de manque. Entre colère, déception, tristesse et frustration, nos désirs et nos projets sont rarement satisfaits face au lot de contraintes et d’interdits qui nous sont imposés. Il nous faut alors annuler, reporter, éviter, ce qui nous ferait du bien et nous permettrait d’y voir un peu plus clair pour demain.

Lire la suite

Disputes entre frères et soeurs : je gère comment ?

>> REPLAY de l’émission du 26 janvier en ligne : https://www.francebleu.fr/emissions/le-dossier/normandie-rouen/disputes-entre-freres-et-soeurs-comment-gerer

Les conflits dans la fratrie font partie de la vie de famille, de l’apprentissage du vivre ensemble et du partage. S’ils peuvent être pénibles à supporter pour nos nerfs et nos oreilles, ils sont l’occasion de développer des compétences utiles à la maison et en dehors en matière de communication, de coopération et de recherche de solution… A condition que notre manière de réagir face aux disputes les aide en ce sens.

Lire la suite

Tu m’obéiras… Ça vaudrait mieux pour moi.

Dans les rapports de force qui se jouent à la maison et les tensions qu’ils génèrent (autant entre parent et enfant que dans le couple parfois) se pose régulièrement la question de l’autorité. En soulevant au passage les notions d’obéissance et de crédibilité.

« C’est moi l’adulte et lui l’enfant, qui est-ce qui décide ? »
« Si c’est moi qui cède je passe pour qui hein ? »
« Mieux vaut canaliser tout de suite ses excès de caractère sinon bonjour l’adolescence avec celle-là! »

Tant de mythes et de peurs persistent autour de l’obéissance attendue de l’enfant à l’adulte.

Lire la suite

Chronique d’un parent confiné #5

7h30 : Allez, on se lève. Ce n’est plus le réveil qui sonne (et ça c’est chouette) mais ce sont les enfants qui déboulent (ah….…).

8h15 : Douche (le petit plaisir de la journée hein, on se contente de peu désormais).
Et puis ça fait une semaine que l’on est confiné, j’ai besoin de prendre un peu soin de moi. Soyons fous : opération maquillage ! (Tiens je l’avais oublié celui-là… J’ai dû lui manquer c’est sûr…)

9h : Début de la classe à la maison (alors bon, bien sûr, pas toujours à 9h pile… Faut pas pousser !). Deux niveaux en même temps à gérer. 
« Trop fac’ » comme ils disent (ouais ben non en fait, je déconne !).

Lire la suite

Chronique d’un parent confiné #4

On est d’accord, c’est l’occasion ou jamais.
Qu’il comprenne (mieux, qu’il vive !) mon quotidien, ma vie à moi.

Cette vie que je considère à l’opposé de la sienne, lui qui est toujours parti à droite à gauche « pour le boulot », injoignable en cas d’appel de l’école « coincé en réunion », jamais disponible pour les conduire aux activités « avec encore un client à gérer avant de rentrer ».

Cette vie que j’ai choisie, à la maison, pour voir mes enfants grandir, pour leur donner tout ce que je pourrai et les voir heureux et qui m’enlève le droit de me plaindre.

Lire la suite

Chronique d'un parent confiné #3

7h10 : Je suis réveillée « mécaniquement », même pas eu besoin de réveil.
Je suis sur le point de m’extraire de la couette quand je réalise que non, pas besoin d’aller conduire les enfants à l’école ! Pas besoin de passer en speed par la salle de bain, de débarrasser en 4e vitesse le petit-déjeuner… On reste à la maison. Yes !

7h12 : J’entends du bruit dans l’escalier.
Les mêmes enfants que je dois tirer du lit 5 jours sur 7 (je vous laisse deviner lesquels) sont déjà levés et m’appellent parce qu’ils meurent de faim. Sans blague. D’habitude il faut quasiment les menacer pour qu’ils avalent quelque chose avant d’y aller.

7h14 : Le café coule. Le répit sous la couette n’aura été que de courte durée.

Lire la suite

Chronique d'un parent confiné #2

C’est sûr qu’il y a les mauvais côtés : on ne peut pas sortir ou on est obligé de choisir ses sorties avec parcimonie tout du moins.

On fait des petites courses de temps en temps à la supérette du coin pour ne pas trop s’éloigner. On a la chance d’avoir un jardin heureusement, pour les enfants ça change tout.

Mais il y a les bons aussi. Se retrouver tous ensemble. Mine de rien, ça n’arrive pas souvent. Pouvoir faire l’école aux enfants. J’adore. Et puis faire des activités avec eux pour lesquelles on n’a pas forcément le temps… Quand tout va bien.

Côté boulot, entre un soignant et un agent SNCF, pas le choix, nous continuons tous les deux de travailler.

Lire la suite

Chronique d'un parent confiné #1

Je lis qu’elles sont heureuses, ravies, remplies de gratitude d’avoir tout ce temps inattendu à la maison auprès des enfants.

Je lis que c’est un cadeau, une chance de les voir grandir au quotidien.

Je lis que ce rôle de maîtresse improvisée les amuse, qu’il est gratifiant d’être dans cette posture de transmission de connaissances, qu’elles découvrent une autre manière de partager.

Je lis qu’ils font ensemble plein d’activités manuelles et de jeux de société, qu’elles redoublent de créativité parce qu’il y a tellllement de choses à faire autres que les écrans.

Je lis qu’il est bon de retrouver du temps pour lire, prendre un thé, regarder un vieux film.

Je lis que c’est le moment de se mettre au yoga, de trier ses vêtements inutiles, de tester de nouvelles recettes de cuisine.

Je lis qu’on peut même s’improviser un apéro en visio avec les copains et tchin ! à travers l’écran.

Les larmes viennent. De fatigue, de nervosité ou de culpabilité, je ne sais plus trop.

Lire la suite