Pourquoi cette période avec enfants à la maison n’a rien d’un air de vacances

A l’idée de rester plusieurs semaines à la maison avec nos enfants, nous pourrions nous réjouir, savourer la chance que nous avons d’avoir tout ce temps à passer ensemble, bénir cette occasion rêvée de partager des activités, nous qui courons toute l’année et attendons les vacances avec impatience pour, enfin, se retrouver en famille.

Sauf que dans la réalité, nous voilà surtout nombreux à être angoissés à l’idée de cohabiter H-24, paniqués de devoir les occuper de 8h à 20h alors que les parcs d’activités sont fermés, que les mails et les coups de fil pro vont continuer de tomber tandis qu’il y aura la « continuité pédagogique à assurer ».

Bref, qu’il va nous falloir tout gérer.

Alors quoi, on ne sait pas ce qu’on veut ? On n’est jamais satisfait ? On ne sait faire que râler ?

Lire la suite

Noël en famille : comment survivre aux fêtes sans trop de pertes et fracas ?

La formule consacrée veut que l’on se souhaite de « B.O.N.N.E.S » fêtes, un « J.O.Y.E.U.X.» Noël or, qu’on se le dise, l’affaire n’a rien de garanti.

Parce qu’au milieu des feuilletés apéro de tante Simone qui manquent de brûler pour cause de retard dans l’ouverture des huîtres, de la bûche aux fruits rouges renversée sur le canapé neuf de belle-maman et des enfants surexcités par le déballage imminent des cadeaux, Noël c’est aussi l’occasion privilégiée des règlements de compte familiaux, l’un des moments les plus sensibles pour la garde partagée et globalement, une période où le « trop » est à l’honneur : trop de sucre, trop de gras, trop de monde, trop d’agitation, trop de bruit, …

Les fêtes ont ainsi cette capacité à réunir autant qu’à diviser.

Lire la suite

« OK mais je suis au bord de la crise de nerfs, JE FAIS QUOI MOI ?! »

weather-2610774_1920

Tout d’abord, je tiens à vous faire un sincère mea culpa car le précédent article n’avait pas pour vocation à exister seul, sans celui-ci en réponse immédiate. Des soucis de santé ont empêché cet enchaînement, j’en suis navrée.

Car en effet, c’est bien beau de savoir qu’on a désormais un(e) champion(ne) de l’auto-régulation à la maison – qui NON n’a pas décidé de nous pourrir l’existence simplement de grandir – n’empêche que ça fait 4 matins sur 5 cette semaine qu’on arrive en vrac au boulot, après avoir jeté sa progéniture à travers la grille de l’école et manqué deux accidents sur la route en se maquillant au volant (ou en répondant à un mail urgent).

Donc à la question « JE FAIS QUOI MOI A PART PETER UN PLOMB ? », voici quelques pistes. Lire la suite