Noël en famille : comment survivre aux fêtes sans trop de pertes et fracas ?

La formule consacrée veut que l’on se souhaite de « B.O.N.N.E.S » fêtes, un « J.O.Y.E.U.X.» Noël or, qu’on se le dise, l’affaire n’a rien de garanti.

Parce qu’au milieu des feuilletés apéro de tante Simone qui manquent de brûler pour cause de retard dans l’ouverture des huîtres, de la bûche aux fruits rouges renversée sur le canapé neuf de belle-maman et des enfants surexcités par le déballage imminent des cadeaux, Noël c’est aussi l’occasion privilégiée des règlements de compte familiaux, l’un des moments les plus sensibles pour la garde partagée et globalement, une période où le « trop » est à l’honneur : trop de sucre, trop de gras, trop de monde, trop d’agitation, trop de bruit, …

Les fêtes ont ainsi cette capacité à réunir autant qu’à diviser.

Lire la suite

Discipline Positive : le soin anti-perfection

model-616189_1920

Sans doute est-ce parce que la fée « Culpabilité » a été la première à se pencher sur mon berceau (et la plus redoutablement efficace à égalité avec la fée « Pression ») que je m’attache particulièrement à la déculpabilisation des parents que j’accompagne.
Et que je donne tout de suite le ton : ici on fuit la perfection.

Tout comme ses copines performance et exigence.
Ici on cherche du lien, de l’écoute, de la confiance en soi, de l’encouragement et des solutions.On vient vider son sac plein de « j’en peux plus », de « j’ai tout essayé », de « c’est toujours comme ça, y a rien à faire ». On vient prendre soin de ses nerfs prêts à craquer, on se reconnecte avec ses émotions, ses besoins, ses attentes, pour mieux comprendre celles et ceux de nos enfants.
On se félicite de ne pas baisser les bras, d’être capable de se remettre en question et de vouloir y arriver malgré tout. Lire la suite

Discipline Positive : Parents, et si on prenait soin de nous ?

woman-1245817_1920

Comme pour tout un tas de choses, les bienfaits de « l’éducation positive » dépendent de l’angle de vue choisi et de l’interprétation qu’on en fait.

Le point de départ – et centre d’intérêt principal – de ce type de pédagogie étant le bien-être de l’enfant : tout ce qu’on va pouvoir lui apporter pour bien grandir, bien se développer, en plus de tout ce qu’on fait déjà sur les questions d’éveil, du sport, de la santé, de l’alimentation…

Il y a concrètement de quoi y voir de nouvelles injonctions, des responsabilités supplémentaires à endosser et au final la pression grandissante d’incarner un « super-parent », là où on s’efforce déjà d’être au top au travail, en couple, entre amis, …

Et si on repensait nos choix et nos envies d’éducation pour le « positif » que cela peut nous apporter à NOUS, en tant que parents ? Lire la suite

Quand devient-on parent ?

J 9 (11)

A l’apparition des deux petits traits roses ? Aux battements de cœur qui résonnent dans la pièce lors de la première écho ? A l’idée même d’y penser ? Au peau à peau de la maternité ?

Que l’on s’en sente prêt depuis des années ou que cela vienne doucement au fil des premiers mois, devenir parent c’est avant tout pour moi devenir conscient. De cette vie dont nous prenons la responsabilité, de la sécurité qui devient notre priorité face à tant de fragilité, des valeurs que nous voulons transmettre, de l’inconnu qui nous attend à chaque instant. Lire la suite

Ah ! L’éducation…

20170823_124544 (2)

Il y a celle qu’on a reçue, celle qu’on nous recommande, celle qu’on essaye de donner, celle qu’on voudrait éviter, celle qu’on voit chez les autres, celle qui ne marche pas chez soi, « la bonne » qu’on cherche en vain, « la mauvaise » qui réveille nos craintes …

Du latin « ex-ducere » – guider, conduire hors de (développer) – le verbe « éduquer » a pris dans nos sociétés occidentales bien des détours… Inculquer les bonnes manières, savoir dire « bonjour-au revoir-s’il vous plaît-merci », dresser son chien ou même Siri (oui, oui, c’est dans le top des recherches Google associées), on peine à retrouver l’étymologie du mot dans ses usages les plus courants. Lire la suite