Accompagnement parental : préparer sereinement l’arrivée de bébé

L’arrivée d’un enfant peut être source de joie et de grand bonheur comme le chamboulement éprouvant de tous nos repères : rythme des journées, sollicitations intenses, nouvelles priorités, quête de sens au travail, place du couple…

Lorsque je reçois des parents venus me dire à quel point ils ne s’attendaient pas à cela, lorsque je les entends me confier combien ils rêvent de tranquillité, de trouver du temps et de prendre l’air, lorsqu’ils arrivent chargés de tristesse, de colère ou de ressentiment à cause de la fatigue et des tensions générées dans le couple, nos échanges sont souvent l’occasion pour eux de réaliser qu’ils ne s’étaient pas posé ces questions là avant la naissance.

Lire la suite

Télétravail AVEC enfants : y a comme un air de déjà-vu…

Comme dirait ma fille : « C’est parti mon kiki ! »

Jour 1 de ce nouveau marathon où l’endurance et le mental sont de mise lorsqu’il s’agit de travailler avec enfants à domicile.

La respiration s’avère également un élément clé pour réussir dans cette nouvelle discipline olympique qu’est le don d’ubiquité. D’autant qu’à l’arrivée, pas sûr qu’on puisse avoir un temps de récupération digne de l’effort fourni (genre évasion d’une semaine au soleil en amoureux ou resto entre copines deux fois par semaine pour souffler).

Si la parentalité est une aventure complexe et éprouvante, en période de pandémie elle s’apparente plus à Koh Lanta qu’à Fort Boyard. Les défis et difficultés sont décuplés, la fatigue s’intensifie de jour en jour, les nerfs à fleur de peau viennent mettre à mal l’esprit d’équipe : mode survie activé.

Et ce ne sont pas les réactions de certains employeurs qui aident à gagner en sérénité.

Lire la suite

Conciliation vie pro / vie perso : de quoi parle-t-on ?

On ne parle pas d’égalité, on ne parle pas de quantité : on parle de faire exister ENSEMBLE, on parle d’harmonie.
On ne parle pas de plus ou de moins : on parle d’AVEC.

A l’heure de la mission sur la conciliation vie pro /vie perso des parents lancée par la Ministre Elisabeth Borne et le Secrétaire d’Etat Adrien Taquet et avant de partir dans de grands débats, il me paraissait important de revenir à la base de tout sujet, c’est-à-dire au sens même des mots que l’on emploie.

Lire la suite

Parler de sexualité avec mon enfant, en quoi c’est important ?

Parler de sexualité avec nos enfants / ados à de quoi nous mettre mal à l’aise, en venant titiller nos propres tabous (personnels et sociétaux) ainsi que nos limites à verbaliser et formuler de « justes » explications.

Le sujet est d’autant plus vaste et complexe à aborder qu’il touche à beaucoup de notions et de valeurs fondamentales : le respect de soi, de son corps, le respect de l’autre, le respect des différences, la notion de consentement, d’intimité, … Or c’est bien tout ce que la sexualité évoque et englobe qui en fait un sujet d’autant plus incontournable auprès de nos enfants si nous voulons les aider à grandir et les protéger.

OK… Mais comment fait-on pour en parler ? On dit quoi, comment et à quel âge ?

Lire la suite

Pourquoi ce type d’accroche marketing me hérisse le poil…

Accrocheurs et pousse-au-clic, ce genre de titre rencontre beaucoup de succès auprès des parents fatigués de se faire entendre, qui rêvent de trouver en un atelier la solution à leur patience usée.

On y perçoit le rêve que l’enfant s’exécute sans avoir besoin de répéter inlassablement ce qu’on lui a demandé, avec le sourire et sans-traîner-des-pieds-s’il-vous-plaît.
Mais surtout, on y lit la promesse qu’il existe une méthode secrète imparable que « l’éducation positive » vous révèlera pour une parentalité sereine assurée.

Et c’est bien cette idée qui me dérange et à laquelle je refuse d’adhérer…

Lire la suite

Tu m’obéiras… Ça vaudrait mieux pour moi.

Dans les rapports de force qui se jouent à la maison et les tensions qu’ils génèrent (autant entre parent et enfant que dans le couple parfois) se pose régulièrement la question de l’autorité. En soulevant au passage les notions d’obéissance et de crédibilité.

« C’est moi l’adulte et lui l’enfant, qui est-ce qui décide ? »
« Si c’est moi qui cède je passe pour qui hein ? »
« Mieux vaut canaliser tout de suite ses excès de caractère sinon bonjour l’adolescence avec celle-là! »

Tant de mythes et de peurs persistent autour de l’obéissance attendue de l’enfant à l’adulte.

Lire la suite

Chronique d’un parent confiné #5

7h30 : Allez, on se lève. Ce n’est plus le réveil qui sonne (et ça c’est chouette) mais ce sont les enfants qui déboulent (ah….…).

8h15 : Douche (le petit plaisir de la journée hein, on se contente de peu désormais).
Et puis ça fait une semaine que l’on est confiné, j’ai besoin de prendre un peu soin de moi. Soyons fous : opération maquillage ! (Tiens je l’avais oublié celui-là… J’ai dû lui manquer c’est sûr…)

9h : Début de la classe à la maison (alors bon, bien sûr, pas toujours à 9h pile… Faut pas pousser !). Deux niveaux en même temps à gérer. 
« Trop fac’ » comme ils disent (ouais ben non en fait, je déconne !).

Lire la suite

Chronique d’un parent confiné #4

On est d’accord, c’est l’occasion ou jamais.
Qu’il comprenne (mieux, qu’il vive !) mon quotidien, ma vie à moi.

Cette vie que je considère à l’opposé de la sienne, lui qui est toujours parti à droite à gauche « pour le boulot », injoignable en cas d’appel de l’école « coincé en réunion », jamais disponible pour les conduire aux activités « avec encore un client à gérer avant de rentrer ».

Cette vie que j’ai choisie, à la maison, pour voir mes enfants grandir, pour leur donner tout ce que je pourrai et les voir heureux et qui m’enlève le droit de me plaindre.

Lire la suite

Chronique d'un parent confiné #3

7h10 : Je suis réveillée « mécaniquement », même pas eu besoin de réveil.
Je suis sur le point de m’extraire de la couette quand je réalise que non, pas besoin d’aller conduire les enfants à l’école ! Pas besoin de passer en speed par la salle de bain, de débarrasser en 4e vitesse le petit-déjeuner… On reste à la maison. Yes !

7h12 : J’entends du bruit dans l’escalier.
Les mêmes enfants que je dois tirer du lit 5 jours sur 7 (je vous laisse deviner lesquels) sont déjà levés et m’appellent parce qu’ils meurent de faim. Sans blague. D’habitude il faut quasiment les menacer pour qu’ils avalent quelque chose avant d’y aller.

7h14 : Le café coule. Le répit sous la couette n’aura été que de courte durée.

Lire la suite